Concours de Miss Anacaona

En taïno, Anacoana signifie fleur d’or. Souveraine du peuple taïno d’Ayiti, sœur et épouse de cacique, Anacaona (1474 – 1503 ou 1504) s’illustra par sa résistance contre la colonisation espagnole. Réputée pour son intelligence, sa beauté, sa grâce, ses poésies et sa danse, elle composa chants et poésies qu’elle récitait lors de fêtes religieuses, de cérémonies ou de réceptions qu’elle organisait pour ses invités.  (source https://histoireparlesfemmes.com/2020/02/05/anacaona-cacique-resistante/)

Mettre en valeur ses talents et dépasser ses peurs

Au cœur du confinement, le foyer NDL a organisé son premier concours Miss Anacoana. Proposée par un groupe de filles, cette activité a été bien accueillie par les responsables. Elle a servi de support pour :

  • prodiguer des notions de connaissances générales, de dissertation ;
  • débattre des sujets d’actualité : le coronavirus, les mauvais traitements subis par les enfants ;
  • évaluer les capacités des postulants et leur niveau de réflexion ;
  • développer leur capacité de leadership à travers des réflexions sur le genre.

8 postulantes ont concouru.  Qu’elles l’expriment ouvertement ou l’espèrent en secret, gagner n’est pas leur seule motivation. C’est surtout une belle occasion pour acquérir des connaissances, dépasser ses difficultés (timidité, peur de parler en public), et faire reconnaître ses qualités. Chaque postulante était accompagnée par un coach dont la mission était double. L’épauler pour traiter les questions exigeant une réflexion approfondie ; la conseiller lors de la préparation de sa prestation. Au préalable, toutes ont bénéficié d’un enseignement dispensé par une coach générale sur les notions de : prestance, apparence, élégance, présence sur scène

De gauche à droite :

Mirlanda Michel, 15 ans, en 7e AF à l’institution Mixte Notre Dame de Lourdes. Aime la danse. Après ses études classiques, veut devenir une pédiatre de qualité.

Woodlina Romelus, 13 ans, 6e AF à NDL. Férue de danse, de musique, du volley Ball. Ambitionne de devenir une pédiatre.

Widline Achille, 16 ans, en 9e AF. Aimerait fonder un foyer d’accueil pour pourvoir accueillir tous les enfants démunis noirs, ou blancs, car, aime tous les enfants et déteste les préjugés de couleur.

Je participe à ce concours dans le but de chasser ma timidité, à faire sortir non seulement ce que j’ai comme potentiel, mais aussi à acquérir des connaissances. Participer à ce concours, cela suscite en moi l’esprit convivial, cela me soutient à faire valoir ma beauté et pourquoi pas, remporter le premier prix

Jessica Delhomme, en 9e AF à NDL.  Passionnée de musique et de danse. Son plus grand rêve :  devenir une fille influente au sein de la société.

Ruth Esperancia Gerle, 17 ans, en seconde à l’école Mixte Saint Charles Borromée. Se dit battante., comme Anacaona. Aimerait devenir une personne importante pour pouvoir aider les personnes en difficulté. Est inscrite au cours de carrelage, métier « de garçons », une façon pour elle de dire que fille ou garçon, tous ont la capacité de penser, de réfléchir, de discerner et d’apprendre.

Berlineda Argant, 13 ans, en 6e AF. Adore la comédie et la mode. Le concours permet aux filles d’acquérir de belles expériences enrichissantes. C’est ce qui la motivée à participer.

Evania Romelus, 12 ans, en 6e AF. Aime la lecture, la danse. Souhaite devenir une infirmière de qualité.

Jean Leidjie Audaika, 11 ans, en 6e AF (année fondamentale). Passionnée de la danse. Ambitionne de devenir avocate pour défendre les droits des enfants.

Comme dans tout concours de Miss, une reine et deux dauphines ont été élues, mais toutes les postulantes ont été mises à l’honneur et reconnues : Miss Courageuse (en bleu), Miss Talentueuse, Miss Élégante, Miss Intelligente, Miss Populaire, Miss Styleuse.

Valoriser la culture créole

Lors de ce concours, une journée créole a été organisée « Nous avons appris aux jeunes filles à faire valoir leur culture créole, les productions locales (artisanat, peinture, musiques, danses et recettes, etc.). Elles ont présenté des mises en scène avec chorégraphie de danses folkloriques, de musiques traditionnelles, » explique Maud. L’activité MANJE LAKAY (évoquée précédemment), faisait partie intégrante de cette journée.  

La Miss Anacaona et deux de ses Dauphines Widline et Woodlina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *